Matinales du Retour au Travail : Bilan du premier cycle

Partager la page

NE PAS SE SENTIR SEUL DANS CES SITUATIONS

 

Ces dernières semaines, se tenait le premier cycle des matinales du retour au travail au sein du Comité. Un dispositif qui permet aux personnes arrêtées professionnellement des suites de la maladie de se réunir autour d'ateliers thématiques animés par des professionnels pour pouvoir appréhender au mieux le retour au sein de l'entreprise. L'occasion d'établir un premier bilan au travers du regard croisé des différentes parties prenantes du projet que sont le Comité, la CARSAT et les participantes. 

 

LES MATINALES DU RETOUR AU TRAVAIL, KÉZAKO ?

Photo participantes et intervenantes

 

« Les « Matinales du retour au travail » sont un parcours de six ateliers collectifs hebdomadaires qui permettent à des personnes en arrêt maladie d’obtenir des informations et du soutien pour se projeter dans une reprise professionnelle. Chaque atelier thématique est coanimé avec des intervenants experts en leur domaine ou témoins d’expériences enrichissantes. » témoigne avec dynamisme Kelly, Chargée de mission Lig’entreprises au sein du Comité.

 

LES ORIGINES DU PROJET

 

Depuis juillet dernier, Kelly MAKLES, développe, pilote et fait vivre « Lig’entreprises » en Ille-et-Vilaine. Ce dispositif consiste à mener des actions de promotion de la santé en entreprise ainsi que des interventions pour faire évoluer le regard sur le cancer dans le monde du travail (comment se comporter avec un collègue malade, comment faciliter son retour… etc.).

 

« Concrètement, je vais à la rencontre des entreprises et, lorsqu’elles sont intéressées par le projet, on réalise ensemble un « diagnostic » pour identifier les besoins de leurs salariés et construire un plan d’actions qui y réponde. J’ai la chance d’être accompagnée d’une chouette équipe de bénévoles pour me soutenir dans cette mission ! » précise t-elle.

 

C'est par ces rencontres et ces échanges qu'est venue l'idée de ces matinales. « Au Comité, nous sommes quotidiennement au contact de personnes touchées par un cancer et le sujet du retour à l’emploi est fréquemment abordé. La Ligue contre le cancer vise à intervenir dans tous les domaines impactés par la maladie, il était donc devenu indispensable que l’on construise un accompagnement qui réponde à ces préoccupations. » ajoute la salariée du Comité.

 

UN PROJET MENÉ MAIN DANS LA MAIN AVEC LA CARSAT

 

La CARSAT Bretagne a été interpellée par le Comité pour venir apporter sa pierre à l'édifice et elle s'est de suite emparée du projet puisqu'il « répond totalement à nos missions et valorise les bénéfices d’un travail avec un groupe. » témoignent Aline LE BREDONCHEL et Anne-Elisabeth HOGUET, assistantes de service social CARSAT, représentantes de l’assurance maladie qui ont pu ainsi intervenir en qualité d'animatrices de ces ateliers. Des professionnelles habituées à la question puisqu'elles interviennent « auprès des personnes en arrêt de travail, prioritairement rattachées à un contrat de travail. » complètent elles.

 

UN PREMIER BILAN TRÈS POSITIF

 

Pour cette première, l'ensemble des acteurs se félicitent, avec un bilan prometteur.

 

Côté CARSAT, c'est un réel enchantement pour Aline LE BREDONCHEL et Anne-Elisabeth HOGUET qui souhaitent poursuivre l'implication tant elles ont pu prendre du plaisir à animer ces différents ateliers.

 

Pour Kelly, ce sentiment est totalement partagé « la construction du projet et sa mise en œuvre avec un premier groupe ont été pour moi une véritable réussite pour deux raisons principales.

 

Tout d’abord, j’ai été très agréablement surprise par l’accessibilité et la mobilisation de tous les partenaires que nous avons sollicités pour construire ce projet. En premier lieu le Service Social de la CARSAT, sans qui ces ateliers n’auraient pas pu voir le jour, mais également notre Service de Prévention et de Santé au Travail, Cap Emploi, nos partenaires en entreprises, sans oublier bien-sûr nos bénévoles et Patientes Ressources.

 

Ma deuxième grande satisfaction tient aux participantes de ce premier parcours. Un groupe de dix femmes épatantes, une solidarité naturelle qui s’est tissée dès le premier atelier, une véritable implication dans les échanges… que du bonheur ! »

 

Justement côté participantes, nous avons pu recueillir le témoignage d'Anne, maman de 44 ans, actuellement arrêtée et dont la participation a été très bénéfique d'autant que les matinales sont arrivées à point nommé dans sa vie. « Ce parcours tombait pile au bon moment dans mon questionnement. J’ai terminé mon traitement lourd depuis janvier et c’est vrai que je me posais la question quant à mon retour, sur le timing idéal. »

 

La mère de famille a d'ailleurs apprécié la cohésion qui est ressortie de ces différents moments, le tout dans une convivialité palpable « On rencontre des acteurs qui ne sont pas forcément dans les mêmes situations mais qui ont les mêmes questionnements, il y a un côté dédramatisant de se dire que nous ne sommes pas seules. J’ai pu avoir connaissance de dispositifs encore méconnus. Le tout, dans une dynamique d’échanges et une ambiance conviviale. »

 

Une participation positive et qui a permis à Anne de pouvoir anticiper son retour avec plus de sérénité « Cela m’a permis d’organiser mon retour au travail plus sereinement. J’ai pu rencontrer le médecin du travail, mon oncologue ainsi que mon employeur. Je prévois un retour en septembre. » se réjouit d'ailleurs la salariée du secteur Agroalimentaire.

 

ET MAINTENANT ?

 

Après ce premier galop d'essai, il était légitime de réfléchir sur la suite à donner. Et bonne nouvelle ! Nous retrouverons de nouveaux cycles dans les mois à venir qui s'étendront probablement sur le département « le bilan du 1er cycle d’ateliers étant très positif, nous venons de programmer les dates de deux nouvelles sessions : l’une démarrera en novembre 2024 et la suivante en avril 2025. Pour le moment, nos ateliers ont lieu dans les locaux du Comité à Rennes, nous réfléchissons à en proposer dans d’autres territoires d’Ille-et-Vilaine par la suite (Saint-Malo, Redon, Fougères…) » nous glisse avec malice Kelly.

 

Si vous êtes intéressé pour participer à ces prochaines sessions, n'hésitez pas à contacter le Comité. « Il faut absolument participer à ces matinales si on a ces questionnements. C’est très important de ne pas se sentir seul dans ces situations. » conclue Anne.

Notre actualité vient à vous

Ne manquez rien de notre actualité : publications, événements, appels à collecte…